Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 17:28

Comment se défaire de ses passions [Hawâ] ?

Par l’Imâm Ibn Al Qayyîm Jawziyyah

Comment-se-defaire-de-ses-passions.jpg

Extrait du livre :

Les passions (hawâ) désignent le penchant naturel de l'homme vers ce qui lui convient. C'est pour sa survie que l'homme a été créé avec ces passions. En effet, s'il ne ressentait aucun penchant pour la nourriture, les boissons et la procréation, il s'en serait abstenu (entraînant sa disparition et celle du genre humain).

Les passions le poussent donc vers ce qu'il désire, de la même façon que la colère le protège de ce qui peut lui nuire. C'est pourquoi, les passions ne sont ni condamnables ni louables dans l'absolu, tout comme la colère. Mais, étant donné que la plupart des individus obéissant à leurs passions, désirs, et colères dépassent les limites assurant leur bien-être, c'est le sens péjoratif qui prédomine en raison des maux qu'ils entraînent généralement. Rares sont ceux qui restent dans les limites et ne les transgressent pas.

De même il est rare de voir des personnes dont le tempérament et le naturel sont modérés sous tous leurs aspects. Nécessairement, certaines qualités ou caractéristiques vont prendre le dessus.

La personne sensée veille donc à maîtriser ses passions et sa colère, ce but n'étant atteint que par de rares personnes dans le monde. C'est pourquoi Allah condamne les passions dans Son Livre, de même dans la sunna, les passions n'ont qu'un sens péjoratif, sauf lorsqu'elles sont citées dans un contexte précis, comme dans la parole du Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- : « Aucun d'entre vous ne sera (véritablement) croyant tant qu'il ne soumettra pas ses passions à mes enseignements. »

 

Et il -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- est dit aussi: « Les passions sont comme (l'homme qui) ruse, on ne peut pas leur faire confiance. »

As-Sha'bî -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit: « Les passions ont été nommées ainsi parce qu'elles emportent l'individu, elles invitent aux plaisirs présents sans se soucier des conséquences ».

 

Elles font succomber aux désirs impulsifs, même si cela doit amener à la souffrance et au regret dans cette vie et dans l'au-delà. Il y a certes un châtiment dans cette vie avant l'autre, mais les passions aveuglent l'homme et l'empêchent d'y prêter attention.

Toutefois, la dignité, la religion, et la raison interdisent de se livrer à des plaisirs menant à la souffrance, de succomber à des passions engendrant le remord. Chacun de la dignité, de la religion, et la raison exhorte l'âme à ne pas céder à la tentation des passions, celle-ci cédant au plus fort. Ne vois-tu pas l'enfant chercher à réaliser tous ses caprices même s'il devait en pâtir, et ce en raison de sa faiblesse de raison. De même, celui qui n'a pas de religions s'abandonne à ses passions, même si cela le mène à sa perte dans l'au-delà, et ce en raison de sa faiblesse de foi. Aussi, la personne qui n'a aucune dignité suit ses passions même si cela entache sa réputation ou la détruit, et ce en raison du peu d'estime qu'il a de son honneur.

 

Comme cela est loin des paroles de l'imam As-Shâfi'î -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- qui dit: « Si je savais que l'eau fraîche pouvait ternir ma réputation, je m'abstiendrais d'en boire. »

Puisque qu'entre tous les animaux, l'homme est le seul à être éprouvé par ses passions, et qu'il est soumis à tout instant à de nouveaux événements, celui-ci est doté constamment par deux juges: le juge de la raison et le juge de la religion. Il lui est demandé de soumettre incessamment ses passions à ces deux juges et de se plier à leur jugement. Il doit donc s'entraîner à refouler ses passions dont les conséquences sont louables afin de pouvoir repousser celles dont les conséquences sont blâmables. Si l'on demande comment peut-il s'en défaire après les avoir éprouvées, nous répondons qu'il est possible de s'en défaire, avec l'aide d'Allah, en se conformant à plusieurs recommandations:

[1] La résolution ferme de vouloir défendre son âme.

[2] Se nourrir de patience afin de supporter l'amertume de ces moments difficiles.

[3] Une force intérieure lui donnant le courage de boire ce remède amer. Le courage n'est rien d'autre que cette patience et le bien-être dont jouit le serviteur n'est dû qu'à sa patience.

[4] Prendre conscience des bonnes conséquences et de la guérison qu'apporte ce remède.

[5] Prendre conscience que la souffrance obtenue par le suivi des passions est supérieure aux plaisirs convoités.


 

 […]

 

  [Page 2/12]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/Comment-se-defaire-de-ses-passions.docx )

 

Format pdf :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/Comment-se-defaire-de-ses-passions.pdf

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

Partager cet article

commentaires

Bintou Bint 01/03/2015 16:10

Subhànalahi Par la grâce de Allah ce texte m'as facilité a arrêter la musique .
Qu'Allah nous facilite.

L’imam Ahmad ibn Habal -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Les gens ont plus lanterne besoin de la science que de boire et de manger, car il suffit à l’homme de boire et de manger une ou deux fois par jour alors qu’il a besoin de la science autant qu’il a besoin de respirer. »  [Source : Madarij assalikin, tome 2, page 470]

Rechercher