Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 19:31

Commentaire [Tafsir] du Hadîth de l’homme qui demanda à sa famille de le bruler après sa mort et de répandre ses cendres..

L-homme-qui-demanda-a-sa-famille-de-le-bruler-apres--jpg

 

Extrait du livre :

 

Le Hadîth :

 

Abou Hourayra -qu’Allâh l’agrée- rapporte du prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- qu’il a dit « Il y avait un homme qui s’était fait du mal à lui-même. Lorsque la mort lui vint, il dit à son fils : « Lorsque je mourrai, brule mon corps puis réduit le en poudre puis jette mes cendres dans le vent, car si Allah parvient à me ressusciter il me punira d’un châtiment que jamais personne n’a subis. »

 

Lorsque la mort le prit, on fit de lui ce qu’il avait demandé. Alors Allah ordonna à la terre de réunir tout ce qui se trouve en elle, et la terre obéit.

 

Une foi que l’homme fut rétablit, Allah lui dit « Qu’est ce qui t’a amené à faire ça ? »

 

Il répondit « Ô Seigneur ! C’est parce que j’ai eu peur de Toi ! » Alors Allah lui pardonna. »  [Rapporté par Boukhârî et Mouslim.]

 

 

 

 […]

 

  [Page 2/4]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/Suite-1/L-homme-qui-demanda-a-sa-famille-de-le-bruler-apres-sa-m.docx )

 

Forma pdf :

 

Bismill-Lahi

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/Suite-1/L-homme-qui-demanda-a-sa-famille-de-le-bruler-apres-sa-mo.pdf )

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Dieu ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

Partager cet article

commentaires

L’imam Ahmad ibn Habal -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Les gens ont plus lanterne besoin de la science que de boire et de manger, car il suffit à l’homme de boire et de manger une ou deux fois par jour alors qu’il a besoin de la science autant qu’il a besoin de respirer. »  [Source : Madarij assalikin, tome 2, page 470]

Rechercher