Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 17:55

Le Retour à la Sounnah

Par l’imam Châtibî

Le-retour-a-la-Sounnah.jpg

Extrait du livre :

Certaines personnes pensent que l’imitateur peut choisir entre les deux avis comme il l’entend. Ils s’imaginent qu’il est couvert et qu’il n’a rien à craindre, du coup il suit ses envies : il suit les avis qui l’arrangent et certainement pas ceux qui contredisent ses désirs. Et peut être qu’il se justifiera en évoquant les fatwas des Mouftis contemporains  et qu’il confirmera cette position en évoquant la parole du prophète : « mes compagnons sont comme des étoiles » sur laquelle nous avons déjà discuté.

 

Si cette parole est authentique,  elle concerne l’imitateur qui prend la fatwa d’un compagnon sans qu’un autre ne le contredise. Par contre ce hadith ne concerne pas la divergence de deux mouftis car chacun d’eux suit un argument qui l’amène à prendre une position contraire à celle de son collègue qui, pour construire son avis, a employé un autre argument. Il y a donc deux personnes en possession de deux arguments contraires.

 

Donc, suivre l’un d’entre eux selon son bon vouloir signifie tout simplement suivre ses envies.

 

 

 […]

 

  [Page 2/3]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/1/Le-Retour-a-la-Sounnah.docx )

 

Format pdf :

 

Bismill-Lahi

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/1/Le-Retour-a-la-Sounnah.pdf )

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Dieu ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

Partager cet article

commentaires

L’imam Ahmad ibn Habal -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Les gens ont plus lanterne besoin de la science que de boire et de manger, car il suffit à l’homme de boire et de manger une ou deux fois par jour alors qu’il a besoin de la science autant qu’il a besoin de respirer. »  [Source : Madarij assalikin, tome 2, page 470]

Rechercher