Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 19:28

L'éloge des gens de sciences [Oulou l-‘Ilm] dans le Coran 

Par l’imâm Ibn Qayyim Al-Jawziyya 

 L-eloge-des-gens-de-science-dans-le-Coran.jpg

Extrait du livre :

 

« Allah atteste, et aussi les Anges et les doués de science (Ouloul-'llm), qu'il n'y à point de divinité à part Lui, le Mainteneur de la justice. Point de divinité à part Lui, le Puissant, le Sage! »

[Sourat Al-Imran 3:18]

Ce verset montre la supériorité de la connaissance (‘ilm) et des gens de connaissance; les points suivants peuvent alors être déduits de ce verset :

1. Allah a choisi les gens de science (Oulou l-' ilm) pour témoigner de Son Unité (Tawhid) plus que le reste de Sa création.

2. Allah a honoré les gens de sciences en mentionnant leur témoignage avec Son témoignage.

3. Il a hautement élevé le statut des savants en associant leur témoignage avec le témoignage des anges.

4. Ce verset témoigne de la supériorité de ceux qui possèdent la connaissance. Allah ne fait pas témoigner toute Sa création sauf ceux qui sont les plus en droit parmi eux.


 

 […]

 

  [Page 2/3]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/0/L-eloge-des-gens-de-sciences-dans-le-Coran.docx )

 

Forma pdf :

 

Bismill-Lahi

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/0/L-eloge-des-gens-de-sciences-dans-le-Coran.pdf )

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

Partager cet article

commentaires

L’imam Ahmad ibn Habal -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Les gens ont plus lanterne besoin de la science que de boire et de manger, car il suffit à l’homme de boire et de manger une ou deux fois par jour alors qu’il a besoin de la science autant qu’il a besoin de respirer. »  [Source : Madarij assalikin, tome 2, page 470]

Rechercher