Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 20:31

  

 

La Guérison par la connaissance des droits du Prophète élu

« Ash-Shifâ’ bita’rif Huqûqi al-Mustafâ »

 

Par l’imam al Qadhi ‘Iyyad 

 L'obligation d'aimer le Messager d'Allâh

 

Extrait du livre :


[…]

 

De même, on a interrogé `Alî Ibn Abî Tâlib -qu’Allah l’agrée- en ces termes: « Comment était votre amour pour l'Envoyé de Dieu ? » Il a répondu par ceci: « Par Dieu ! II nous était plus cher que nos biens, nos enfants, nos pères, nos mères et l'eau fraîche au moment de la soif. »

Zayd Ibn Aslam
-qu’Allah l’agrée- rapporte ceci: « Umar sortit un soir. Il vit une lampe allumée et une vieille femme qui travaillait la laine en déclamant ces vers: "Que la paix des bienheureux soit sur Mohammed ! Les meilleurs et les purs ont prié sur sa dépouille mortelle. Tu te levais à l'aube pour prier et pleurer, si seulement la mort qui sévit me permettait de retrouver mon bien-aimé dans l'autre demeure !" 'Umar s'assit alors et se mit à pleurer. »

On rapporte que `Abdullâh Ibn 'Umar
-qu’Allah l’agrée- eut le pied engourdi. On conseilla d'évoquer l'être qui lui était le plus cher afin d'être soulagé.. `Umar -qu’Allah l’agrée- cria: « Ô Mohammed ! » Et il fut soulagé.

De même, on rapporte qu'au moment du trépas de Bilâl
-qu’Allah l’agrée- sa femme disait: « Ah ! Quelle tristesse ! » Mais Bilâl dit alors: « Quelle joie ! Demain nous retrouverons les bien-aimé Mohammed et son groupe ! »

Et on a rapporté la même chose sur Hudhayfa Ibn al-Yamân
-qu’Allah l’agrée-.

Une femme a demandé à `Aïsha
-qu’Allah l’agrée-  de lui laisser voir la tombe de l'Envoyé de Dieu Aïsha s'exécuta et cette femme pleura longuement, jusqu'au trépas.

Lorsque les habitants de la Mecque capturèrent Zayd Ibn al-Dathina et l'emmenèrent hors du Sanctuaire pour le tuer, Sufyan Ibn Harb lui dit: « Ô Zayd ! Aimerais-tu que Mohammed soit maintenant chez nous pour lui trancher la nuque à ta place et que tu sois chez toi? » Sans hésitation, Zayd lui répondit: « Par Dieu ! Je n'aimerais pas que Mohammed, là où il se trouve maintenant, soit égratigné même par une épine, alors que je resterais assis chez moi ! » Abû Sufyan dit alors: « Je n'ai jamais vu des hommes aimer un homme comme les Compagnons de Mohammed aimèrent celui-ci. »

Ibn `Abbâs
-qu’Allah l’agrée- a rapporté ceci: Lorsqu'une femme émigrait et venait voir le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam-  il la faisait jurer par Dieu en répétant: « Je ne suis pas partie par haine d'un mari, ni par désir d'un territoire par rapport à un autre, mais je suis partie par amour pour Dieu et pour Son Messager ! »

 

 [Page 5/25]

 

 […]

 

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/2/Toute-innovation-est-un-egarement.docx )

 

Format pdf :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/2/La-Guerison-par-la-connaissance-des-droits-du-Prophete-e.pdf )

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

Partager cet article

commentaires

L’imam Ahmad ibn Habal -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Les gens ont plus lanterne besoin de la science que de boire et de manger, car il suffit à l’homme de boire et de manger une ou deux fois par jour alors qu’il a besoin de la science autant qu’il a besoin de respirer. »  [Source : Madarij assalikin, tome 2, page 470]

Rechercher