Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 20:41

L’obligation de l’émigration [Al-Hijrâ] vers une terre d’Islam [Dâr Al-Islâm]

Par l’Imâm ‘Abd Ar-Rahmân Ibn Muhammad Ibn Qâsim

L-obligation-de-l-emigration-vers-une-terre-d-Islam.jpg

 

Extrait du livre :


L’Imâm Muhammad Ibn ‘Abd Al-Wahhâb -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit dans le troisième fondement : de « Al Ussûl Al Thalathâ » :

 

« [...] puis on lui ordonna d’émigrer vers Médine.

 

La Hijrah consiste à délaisser une terre de polythéisme pour se rendre en terre d’islam.

 

Délaisser une terre de polythéisme pour une terre d’islam est une obligation pour cette communauté et le restera jusqu’à l’avènement de l’Heure.

 

La preuve à ce sujet réside dans la parole d’Allah :

 

« Ceux qui ont fait du tort à eux-mêmes, les anges enlèveront leur âme en disant : "Dans quelle situation étiez-vous ?" - "Nous étions impuissants sur terre", diront-ils. Alors les anges diront : "La terre d’Allah n'était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer ?" Voilà bien ceux dont la destination est l’Enfer. Et quelle mauvaise destination ! A l'exception des faibles parmi les hommes, les femmes et les enfants, incapables de voyager, et ne trouvant aucun moyen : à ceux-là, il se peut qu’Allah pardonne. Et Allah est Clément et Pardonneur. »

[Sourate An-Nisâ', v. 97-99.]

 

Allah, dit aussi :

 

« O Mes serviteurs qui avez cru ! Ma terre est bien vaste. Adorez-Moi donc ! »

[Sourate Al-‘Ankabût, v. 56.]

 

Al-Baghawî a (qu’Allah lui fasse Miséricorde) dit : « La raison pour laquelle ce verset a été révélé est que certains musulmans sont restés à la Mecque sans émigrer. Allah les a tout de même considérés croyants. »

 

La preuve tirée de la Sunnah concernant la Hijrah est la parole du Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) : « La Hijrah ne cessera pas tant que le repentir sera accepté. Et le repentir sera accepté tant que le soleil ne se sera pas levé de l’occident. ». » Fin de citation.

 

L’Imâm ‘Abdu Rahmân Ibn Muhammad Ibn Qassîm -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- dans le commentaire de ce passage dit :

 

Sa parole : « ... puis on lui ordonna d’émigrer vers Médine. »

C'est à dire: après treize années de sa mission -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm-, il lui fut ordonner de se séparer des associateurs et de leurs patries pour qu'il lui soit possible de montrer sa religion, et l'appel à Allah ailleurs que chez eux. Et ceci est obligatoire, et ce qui ammène à accomplir l'obligatoire est aussi obligatoire. Et l'obligatoire ne se réalise qu'en se séparant des associateurs et leurs patries. Car s'il se trouve dans un pays dans lequel il ne lui est pas possible de montrer sa religion et de la clarifier, il lui est alors obligatoire de s'écarter de cette terre afin de montrer sa religion.

Sa parole : « La Hijrah... »

[Elle est] pour préserver la religion. Et les Emigrés ont été appellé ainsi car ils ont émigré (quitté) de leur demeures dans lesquelles ils ont grandi pour Allah et se sont réunis dans un lieu où ils n'ont ni bien, ni famille, lorsqu'ils émigrèrent à Al Madînah. Ainsi, toute personne s'écartant de son pays est un émigré. Et la migration est, à la base, la rigueur avec l'autre, la rupture et l'éloignement de lui.

 

 

 

 […]

 

  [Page 2/6]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/L-obligation-de-l-emigration-vers-une-terre-d-Islam.docx )

 

Format pdf :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/L-obligation-de-l-emigration-vers-une-terre-d-Islam.pdf )

 

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

Partager cet article

commentaires

L’imam Ahmad ibn Habal -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Les gens ont plus lanterne besoin de la science que de boire et de manger, car il suffit à l’homme de boire et de manger une ou deux fois par jour alors qu’il a besoin de la science autant qu’il a besoin de respirer. »  [Source : Madarij assalikin, tome 2, page 470]

Rechercher