Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 19:22

Le croyant qui chemine vers Allâh dans le suivi du chemin des traditions est un étranger parmi ceux qui suivent leurs passions

Par l’Imâm Ibn Qayyîm Al-Djawziyyah

Le-croyant-qui-chemine-vers-Allah.jpg

 

Extrait du livre :

 

[...] Comment, du reste, le croyant qui chemine vers Allâh dans le suivi du chemin des traditions n’est-il pas un étranger parmi ceux qui suivent leurs passions, obéissent à leurs caprices et dont chacun admire sa propre opinion ? Tel que ce que le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a dit : « Ordonnez le bien et interdisez le mal. Et lorsque vous verrez une avarice à laquelle on obéit, une passion qu’on suit, un monde qu’on préfère, et l’admiration de chacun de ses propres opinions, et que tu vois une affaire où tu n’y es pour rien, occupe-toi alors de ta propre personne. Mais prends garde alors aux gens du commun. Car il y aura après vous des jours où l’endurance de celui qui est patient s’apparente à celui qui tient une braise brûlante dans la main. »

Voilà pourquoi il a dit que la rétribution du musulman sincère de cette époque - qui suivra sa religion - vaudra celle de cinquante compagnons.

 

 […]

 

  [Page 2/3]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/Le-croyant-qui-chemine-vers-Allah.docx )

 

Format pdf :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/Le-croyant-qui-chemine-vers-Allah.pdf )

 

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

Partager cet article

commentaires

L’imam Ahmad ibn Habal -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Les gens ont plus lanterne besoin de la science que de boire et de manger, car il suffit à l’homme de boire et de manger une ou deux fois par jour alors qu’il a besoin de la science autant qu’il a besoin de respirer. »  [Source : Madarij assalikin, tome 2, page 470]

Rechercher