Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 17:40

Les défauts de l'âme et sa guérison

 

« Uyûbual-Nafs wa Mudawâtuhâ »

 

"Exposé des vices de l'âme et les moyens de la guérir"

Par l’Imâm Abdel Rahmân as-Sulamî

Les-defauts-de-l-ame-et-sa-guerison.jpg

 

Introduction du livre :

 

Introduction

 

 

Louange à Allâh premièrement et dernièrement et que la grâce et la paix soient infiniment et durablement sur Muhammad  intérieurement et extérieurement.

 

Louange à Allâh qui a fait connaître aux gens de Son élite les défauts de leur âme, les a honorés par la connaissance de sa traîtresse. Il a fait d’eux les gens dotés de vigilance et d’attention face aux états spirituels qui envahissent leurs âmes. Il leur a accordés la réussite pour remédier à leurs défauts et soigner les foyers de leurs maux par des remèdes qui échappent à tout le monde sauf à ceux qui sont attentifs parce qu’ils connaissent le mal de leurs âmes et ne cessent de chercher le remède approprié. Ainsi, Allâh a rendu pour eux aisé cequi est difficile par Sa grâce et la bonne réussite qu’Il octroie.

 

Soit, l’un des maîtres spirituels m’a demandé de composer pour lui quelques chapitres sur les défauts de l’âme qui peuvent éclairer sur sa réalité foncière. J’ai donc répondu favorablement à sa demande en composant ces chapitres dontj’espère qu’Allâh ne les prive pas de Ses bénédictions. Je l’ai fait après avoir consulté Allâh à ce sujet. Allâh me suffit et Il est le Meilleur soutien. Et que la grâce et la paix soient infiniment sur Muhammad et sur les membres de sa Famille ! 

 

Extrait du livre :

 

18

Parmi  ses  autres  défauts  il  y  a  le  bavardage.  Ceci  provient  de  deux  choses :

 

Soit  la recherche de la primauté par laquelle le serviteur veut que les gens voient sa science et son éloquence,

 

Soit du manque de la science qui le pousse à compenser par le bavardage inutile.

 

Le remède approprié consiste en ceci : Le serviteur doit réaliser parfaitement qu’il est tenu par ce qu’il dit, que cela est enregistré contre lui et qu’il en est responsable parce qu’Allâh dit :

 

« Vous traitez de mensonge le Jugement, alors que les gardiens veillent sur vous : de nobles scribes qui savent ce que vous faites ». 

(Sourate 82, verset 9-12).

 

Allâh dit également :

 

« L’homme ne profère aucune parole sans avoir auprès de lui un observateur prêt à l’inscrire ».

(Sourate 50, verset 18).

 

De même l’Envoyé d’Allâh -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a dit : « Que celui qui croit en Allâh et au Dernier jour dise du bien ou garde le silence ».

 

Le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a dit également : «Les épreuves sont liées à la parole ».

 

Il -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a dit aussi : « Qu’est-ce qui fait tomber les gens en enfer sur le nez sinon la moisson de leurs langues ? ».

 

Il -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a dit encore : « Les  propos  du  fils  d’Adam  sont  contre  lui,  non  en  sa  faveur,  sauf  s’il  s’agit  d’une recommandation du bien ou d’une interdiction du mal et d’une mention d’Allâh ».

 

Ceci trouve d’ailleurs son illustration dans la Parole d’Allâh :

 

« La plupart de leurs entretiens ne comportent rien de bon, sauf la parole de celui qui ordonne une aumône ou un bien notoire ou une réconciliation entre les hommes ».

(Sourate 4, verset 114).

 

 

 

19

Parmi ses autres défauts il y à le fait que lorsqu’elle est satisfaite et contente elle loue celui qui la satisfait  et  la contente d’un éloge qui dépasse  la mesure. Le remède  approprié consiste à exercer l’âme pour qu’elle n’outrepasse pas la mesure en louant celui dont elle est contente  et  en  dénigrant  celui  contre  lequel  elle  se  courrouce.  Car  cela  provient généralement de la négligence des ordres et des interdits. D’autant plus qu’Allâh dit :

 

« Ne poursuis pas ce dont tu n’as aucune connaissance. Il sera sûrement demandé compte de tout : de l’ouïe, de la vue et du cœur ».

(Sourate 17, verset 36),

 

Et que le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm-, a dit : «Jeter du sable aux visages des flatteurs ».

 

 

 

20

Parmi ses autres défauts il y à le fait qu’elle consulte Allâh à propos des ses actes. Ensuite elle se courrouce lorsqu’Allâh choisit pour elle. Le remède approprié consiste  en  ceci : 

Le  serviteur  doit  savoir  qu’il  ne  sait  des  choses  que  leurs  aspects extérieurs et que Dieu connaît leurs réalités intérieures et que le bon choix d’Allâh pour lui est meilleur que son propre choix. Car jamais un serviteur ne choisit un état sans qu’il ne renferme une épreuve. Il saura ainsi qu’il est régi et que ce n’est pas lui qui régit, que son courroux contre ce qui est décrété ne change rien au décret divin. Il imposera ainsi à son âme la voie du contentement devant le décret divin et connaîtra le repos.

 

Le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a dit : « Chacun a une subsistance qui lui parvient. A celui qui se contente de sa subsistance elle sera bénie pour lui et le comblera. Quant à celui qui ne s’en contente pas, elle ne sera pas bénie pour lui et ne le comblera pas ».

 

L’un des Prophètes, Dâwûd (David) -‘aleyhi sallâm- ou quelqu’un d’autre a dit : « Mon Dieu ! Qui est le pire de Tes serviteurs ? »

 

Allâh -Subhânahu wa ta‘âlâ- répondit : « Celui qui Me consulte lorsque Je choisis pour lui il M’accuse et ne se contente pas de Mon jugement ».

 

 

 

 […]

 

  [Page 12/33]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/Les-defauts-de-l-ame-et-sa-guerison.docx )

 

Format pdf :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/Les-defauts-de-l-ame-et-sa-guerison.pdf )

 

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

Partager cet article

commentaires

L’imam Ahmad ibn Habal -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Les gens ont plus lanterne besoin de la science que de boire et de manger, car il suffit à l’homme de boire et de manger une ou deux fois par jour alors qu’il a besoin de la science autant qu’il a besoin de respirer. »  [Source : Madarij assalikin, tome 2, page 470]

Rechercher