Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 19:58

Ô Toi ! Sois serviteur d’Allâh et non serviteur de tes passions !

Par l’Imâm Ibn Rajab al-Hanbalî

O-Toi-sois-serviteur-d-Allah-et-non-serviteur-de-tes-pass.jpg

Extrait du livre :

 

Le fait de suivre ses passions dans ce qu’Allâh a interdit est une diffamation en l’Unicité Divine (at-Tawhîd) et aux attributs divins tels que le Profit ou le Préjudice.

 

Ainsi, beaucoup de péchés issus des passions de l’âme ont été qualifiés de négation ou d’associationnismes par la législation islamique, comme le fait de combattre un musulman, avoir des relations sexuelles en période de menstrues, ou récidiver dans la consommation d’alcool. Cependant, ces péchés n’excluent pas pour autant l’individu de la communauté, et c’est pour cette raison que les premiers savants ont parlé de « négation en deçà de la négation » et « d’association en deçà de l’association ».

 

La passion suivie a été qualifié de divinité dans le Qur’ân :

 

« Ne vois-tu pas celui qui fait de sa passion sa divinité ? »

(Sourate 25, verset 43)

 

 

 

 […]

 

  [Page 2/3]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/O-Toi-sois-serviteur-d-Allah-et-non-serviteur-de-tes-pas.docx )

 

Format pdf :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/O-Toi-sois-serviteur-d-Allah-et-non-serviteur-de-tes-pass.pdf )

 

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

Partager cet article

commentaires

L’imam Ahmad ibn Habal -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Les gens ont plus lanterne besoin de la science que de boire et de manger, car il suffit à l’homme de boire et de manger une ou deux fois par jour alors qu’il a besoin de la science autant qu’il a besoin de respirer. »  [Source : Madarij assalikin, tome 2, page 470]

Rechercher