Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 18:48

Sha‘bân un mois auquel les gens ne portent pas attention

Par l’Imâm Ibn Rajab al-Hanbalî

Sha-ban-un-mois-auquel-les-gens-ne-portent-pas-attention.jpg

 

Extrait du livre :

 

Un mois auquel les gens sont insouciants...

 

Il y a plusieurs raisons à ce jeune et le prophète a évoqué parmi elles le fait que ce mois soit coincé entre deux gigantesques mois, le mois sacré (Rajab) et le mois du Siyam (Ramadan),fait que les gens ne s'occupent que de ces deux derniers et par conséquent ne portent pas d'attention à Sha‘ban.

Et beaucoup de gens pensent que le jeune de Rajab est plus méritoire que celui de cha'ban car c'est un mois sacré, et ce n'est pas ainsi !

La parole du prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm-« auquel les gens ne font pas attention, entre Rajab et ramadan... » indique que ce qui est connu pour son mérite par rapport au temps, à l'endroit, ou à la personne, il se peut qu'il y ait autre que lui qui est plus méritoire et auquel les gens ne font pas attention ! Alors ils s'occupent de ce qui est connu, célèbre et ratent par conséquent le mérite de ce qui n'est pas connu chez eux.


Le jeune avant ramadan et après est comme les prières après les prescrites

 

Le jeune de Sha‘ban est meilleur que le jeune des mois sacrés et le meilleur des jeunes surérogatoires (Atatawou‘) c'est celui qui est proche de ramadan avant et après, et son statut par rapport au jeune de ramadan est comme celui des "Sunan ar-Rawatib" avec les prières obligatoires avant et après; et tout comme les "sunan arrawatib" elles complètent la déficience (ou imperfection) des obligatoires (al-Fara’id).

 

 

 […]

 

  [Page 2/3]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/Sha-ban-un-mois-auquel-les-gens-ne-portent-pas-attentio.docx )

 

Format pdf :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/Sha-ban-un-mois-auquel-les-gens-ne-portent-pas-attention.pdf )

 

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

 

2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 18:37

L’importance des dix dernières nuits de Ramadane

Par l’imam Ibn Rajab al-Hanbalî 

 Les-merites-du-mois-de-Ramadane-copie-1.jpg

Extrait du livre :

 

 

 Selon ‘Âicha -qu’Allâh l’agrée- : « Arrivé aux dix derniers jours, le Messager d’Allah -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- serrait son Izâr, veillait ses nuits, et réveillait sa famille. » Dans une version, il est précisé : « il veillait ses nuits, réveillait sa famille, redoublait d’efforts, et serrait son Izâr. » [Rapporté par el Bukhârî et Muslim.]

 

Au cours des dix derniers jours du Ramadhan, le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- privilégiait de faire certaines œuvres qu’il ne faisait pas le reste du mois. Entre autres, il veillait ses nuits. Il est possible que cela signifie qu’il restait éveillé la nuit entière. Dans un Hadith de ‘Âisha -qu’Allâh l’agrée- en effet, celle-ci explique : « Le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- alternait les vingt premiers jours entre la prière et le sommeil, mais lorsque survenait les dix derniers jours, il ‘’retroussait ses manches’’ et serrait son Izâr. » [Rapporté par Ahmed.]

 

Cela peut vouloir dire également qu’il faisait vivre la plus grande partie de la nuit. Cette hypothèse se fonde sur le Propos que nous rapporte Muslim dans son recueil e-Sahîh, selon lequel ‘Âisha -qu’Allâh l’agrée- déclare : « Je ne pense pas qu’il ait passé -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- la nuit en prière jusqu’à l’aube. » Par ailleurs, le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- veillait à réveiller sa famille au cours des dix dernières nuits indépendamment des autres jours. Sufiân e-Thawrî -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- affirme : « Quand viennent les dix derniers jours, je préfère que quelqu’un prît la nuit, qu’il redouble d’effort, qu’il réveille son épouse et ses enfants pour la prière s’ils se sentent capables de le faire. » Il est certifié à cet effet que le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- frappait à la porte de Fatima et de ‘Ali pour leur dire : « Ne devriez-vous pas vous lever pour prier ! » [Rapporté par al-Bukhârî et Muslim.]

 

Il avait pour habitude de réveiller ‘Âisha -qu’Allâh l’agrée- avant de faire le Witr, au terme de sa veillée qu’il consacrait à la prière. Les Textes encouragent les époux à se réveiller mutuellement la nuit pour se vouer à la prière et éventuellement asperger de l’eau sur le visage du conjoint dont le sommeil est trop lourd. D’après al Mawatta, ‘Omar ibn el Khattab -qu’Allâh l’agrée- priait la nuit la durée qu’Allah voulait. Au milieu de la nuit, il réveillait sa famille en s’écriant : « La prière ! La prière ! » Il récitait notamment ce Verset :

 

« Ordonne la prière à ta famille et endure-la »

[Tâ-Ha ; 132]

 

La femme d’Abû Mohammed Habîb al Fârisî -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- lui répétait la nuit : « La nuit s’est s’effacée alors qu’entre nos mains le chemin est long et nos provisions sont bien maigres. La caravane des pieux est passée devant nous et nous, sommes restés sur place. »

 

Ô dormeur de la nuit ! A quel point tu dors !

Lève-toi mon amour  ! Le rendez-vous est proche

Prends de la nuit et de ses instants

Un passage quand le dormeur a pris sa couche

Qui dort au terme de la nuit

N’atteint aucun rang ni s’en approche

 

 

 […]

 

  [Page 2/3]

 

Format word (doc.) :

Bismill-Lahi

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/L-importance-des-dix-dernieres-nuits-de-Ramadane.docx )

 

Forma pdf :

 

Bismill-Lahi

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/L-importance-des-dix-dernieres-nuits-de-Ramadane.pdf )

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Dieu ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 18:32

Les mérites du mois de Ramadane

Par l’imam Ibn Rajab al-Hanbalî 

Les-merites-du-mois-de-Ramadane.jpg 

Extrait du livre :

 

 

D’après Abû Huraïra -qu’Allah l’agrée-, le Prophète a dit -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- : « Allah dit : « Le fils d’Adam aura pour ses bonnes œuvres une récompense qui en vaut dix et pouvant aller jusqu’à sept cents fois plus à part le Jeûne qui est à Moi, et dont la récompense M’appartient. Le jeûneur a délaissé pour Moi plaisir, nourriture, et boisson. Le jeûneur a deux joies : la joie de rompre son jeûne et la joie de rencontrer Son Seigneur. L’haleine d’un jeûneur est meilleure auprès d’Allah que l’odeur du musc. » » [Rapporté par al-Bukhârî et Muslim.] Allah a fait exception du jeûne concernant les actions dont la récompense est multipliée : chaque œuvre est multipliée par dix et peut augmenter sept cents fois plus à l’exception du jeûne dont l’ampleur de la récompense n’est pas contenue dans ce nombre. Allah n’a toutefois fixé aucune limite à l’énorme récompense qu’Il a réservée à cette adoration ; le jeûne est une forme d’endurance. Or, Allah dit :

 

« Allah rétribue les patients sans compter. »

[Les groupes ; 10]

 

C’est pourquoi, selon un Hadith, le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- a qualifié le jeûne de patience. Dans un autre Propos, il a dit -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- : « le jeûne, c’est la moitié de la patience. »[Rapporté par at-Tirmidhî.]

 

Il faut savoir que la patience se vérifie à trois niveaux : il faut endurer en effet les obligations du Seigneur, endurer face à Ses interdictions, et endurer face au destin. La patience, à ses trois niveaux, est contenue dans le jeûne (Siyâm). Celui-ci requiert de supporter à la fois les obligations d’Allah, Ses interdictions qui s’incarnent dans les envies du jeûneur, la douleur de la faim et de la soif, et la faiblesse du corps et de l’esprit. Cette douleur est le fruit des œuvres pieuses à l’origine de la récompense du jeûneur.

 

Sache que certains moyens permettent de multiplier la récompense des œuvres. Ceux-ci sont parfois liés aux différents lieux où sont consacrées certaines œuvres à l’exemple des Lieux saints. Ainsi, les prières sont multipliées dans les deux Mosquées de la Mecque et de Médine comme le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- l’indique : « Une prière dans ma Mosquée vaut mieux que mille prières dans toute autre mosquée à l’exception de la Mosquée Sacrée. » [Rapporté par al-Bukhârî et Muslim.] D’autres fois, ils sont liés à certaines périodes comme le mois de Ramadhan et les dix premiers jours de Dhû l-Hidja comme le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- le souligne : « Quiconque y consacre une action parmi les bonnes actions, il est comme celui qui s’adonne à une obligation les autres mois. Quiconque s’adonne à une obligation durant ses jours, il est comme celui qui s’adonne à soixante-dix obligations les autres mois. »

 

 

 […]

 

  [Page 2/8]

 

Format word (doc.) :

Bismill-Lahi

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/Les-merites-du-mois-de-Ramadane.docx )

 

Forma pdf :

 

Bismill-Lahi

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/Les-merites-du-mois-de-Ramadane.pdf )

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Dieu ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 18:09

Le mois d'Allah Mouharama et le mérite du jour de 'Achoura

Par l’imam Ibn Rajab al Hanbalî 

 Le-mois-d-Allah-Mouharama-et-le-merite-du-jour-de--Achoura.jpg

Extrait du livre :

 

D’après Muslim -qu’Allah lui fasse Miséricorde-, selon Abû Huraïra -qu’Allah l’agrée-, le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- a déclaré : « Le meilleur mois pour jeûner après le mois du Ramadhan, c’est le mois d’Allah que vous appelez el Mouharram, et la meilleure prière que vous pouvez faire après celle obligatoire, c’est la prière de la nuit. » [Rapporté par Muslim (1163).]

 

Ce Hadith formule explicitement que le mois le plus propice au jeûne après celui du Ramadhan est celui d’el Mouharram. Cela concerne probablement le fait de jeûner le mois en entier. Quant à consacrer certains jours de jeûne facultatif, il est possible de trouver des jours à d’autres périodes de l’année où le jeûne est plus méritoire comme le jour de ‘Arafat, les dix premiers jours de Dhû el Hidja, les six jours de Shuwwâl, etc. Il est possible de faire remarquer cependant que le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- consacrait le mois de Sha’bân au jeûne, mais rien ne prête à dire en regard des textes qu’il jeûnait el Mouharram en entier. Les textes parlent seulement de ‘Achoura. Quant aux paroles qu’il a prononcées la dernière année de sa vie : « Si je suis encore vivant l’an prochain, je jeûnerais également le neuvième jour », [Rapporté par Muslim (1134).] elles sous-entendent qu’il ne l’a jamais fait auparavant.

 

 

 […]

 

  [Page 2/6]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/Le-mois-d-Allah-Mouharama-et-le-merite-du-jour-de--Achour.docx )

 

Forma pdf :

 

Bismill-Lahi

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/Le-mois-d-Allah-Mouharama-et-le-merite-du-jour-de--Achoura.pdf )

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Dieu ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 18:02

Le mérite du mois de Chawwâl

Par l’imam Ibn Rajab al Hanbalî 

 Le-merite-du-mois-de-Chawal.jpg

Extrait du livre :

 

D’après Muslim -qu’Allah lui fasse Miséricorde-, selon un Hadith rapporté par Abû Ayyûb el Ansârî -qu’Allah l’agrée-, le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- a déclaré : « Quiconque jeûne le mois de ramadan auquel il fait suivre six jours de chawwâl, c’est comme s’il avait jeûné toute l’année. » [Rapporté par Muslim (1163), e-Tirmidhî (759), et Abû Dâwûd (2433).]

 

Certains anciens ont ainsi encouragé à jeûner six jours au cours du mois suivant le ramadan, mais ils se divisent en trois opinions concernant la façon de les accomplir. Les uns assument qu’il faille les jeûner consécutivement, dès le début du mois. D’autres disent qu’il n’y a aucune différence entre les jeûner consécutivement ou bien les répartir à travers le mois. D’autres disent enfin qu’il ne faut pas les jeûner tout de suite après l’Aïd étant donné que les fidèles consacrent les premiers jours de la nouvelle lune à boire et à manger. Il est possible toutefois de les faire trois jours avant ou après la pleine lune.

 

Au demeurant, ce dernier avis est le moins proche de la vérité. La plupart des savants en effet, ne voient pas d’inconvénient à ce que l’on jeûne le lendemain de l’Aïd. Il est conseillé de jeûner le mois de chawwâl  en entier, car il faut savoir que ce mois jouit des mêmes mérites que celui de cha‘bân, sachant que ces deux mois encadrent celui du ramadan. Apparemment, il y a plus de mérite à jeûner durant ces deux périodes que durant celles des mois sacrés.

 

 

 

 

 […]

 

  [Page 2/5]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/Le-merite-du-mois-de-Chawwal.docx )

 

Forma pdf :

 

Bismill-Lahi

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/Le-merite-du-mois-de-Chawwal.pdf )

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Dieu ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 19:53

Spécificités et vertus du Vendredi

« Al-Lum`ah fî Khasâ’is Yawm Al-Jumu`ah »

Par l’Imâm Jalâl Ad-Dîn As-Souyûtî 

 

Spécificités et vértus du Vendredi 

 


Introduction du livre :


« Le professeur prolifique, Shams Ad-Dîn Ibn Al-Qayyim, a mentionné dans son ouvrage Al-Hady Li-Yawm Al-Jumu`ah, vingt et quelques spécificités relatives au jour du vendredi. Mais il est passé à côté des multiples de ce qu’il a mentionné. J’ai jugé bon de les réunir dans cet opuscule, en indiquant, de façon concise, les preuves qui les appuient.

Je suis parti à la quête des spécificités du vendredi et j’en ai réunies cent, et c’est Dieu qui accorde le succès. »

 

Extrait du livre :


[…]

Spécificité 49 : Le vendredi est le suzerain des jours

Muslim rapporte d’après Abû Hurayrah -qu’Allah l’agrée-  que le Prophète - paix et bénédictions sur lui - dit : « Le vendredi est le meilleur jour où se lève le soleil, Adam y fut créé, il y fut admis au Paradis, il y fut extradé sur Terre, et l’Heure ne surviendra qu’un vendredi. » Al-Hâkim en rapporte une variante débutant par « Le vendredi est le suzerain des jours etc. » Abû Dâwûd rapporte un récit semblable et avec l’addition suivante : « Son repentir [d’Adam] y fut agréé et il y décéda. Les créatures y sont à l’expectative du matin jusqu’au lever du soleil par crainte de l’Heure, sauf les djinns et les humains. »


Ibn Abî Shaybah, Ibn Mâjah et Al-Bayhaqî dans les Shu`ab rapportent d’après Abû Lubâbah Ibn `Abd Al-Mundhir -qu’Allah l’agrée- que le Messager d’Allâh - paix et bénédictions sur lui - dit : « Le vendredi est le suzerain des jours, il est le plus grand au regard d’Allâh ; il est plus grand que le jour du sacrifice et le jour de la rupture du jeûne. Cinq choses le caractérisent : Adam y fut créé, y fut extradé sur Terre et y décéda ; il comporte une heure où tout Serviteur implorant Allâh est exaucé, sauf s’il demande une chose illicite, et l’Heure y adviendra. Nul ange rapproché, ni ciel, ni terre, ni vent, ni montagne, ni mer, qui ne ressente une appréhension le vendredi. » 

 

Sa`îd Ibn Mansûr rapporte dans ses Sunan selon Mujâhid : « Lorsque arrive le vendredi, une frayeur saisit la terre, la mer, et toute créature qu’Allâh créa à l’exception de l’homme. » `Abd Allâh Ibn Ahmad rapporte dans Zawâ’id Az-Zuhd, selon Abû `Imrân Al-Jûnî : « Il nous est parvenu qu’à chaque nuit du vendredi, une frayeur saisit les habitants du ciel. »

 

Synthèse 

Dans certains ouvrages hambalites, on fait état d’une divergence résumée ci-après : « Nos condisciples divergèrent sur le mérite relatif de la Nuit du Mérite (laylat al-qadr) par rapport à la nuit du vendredi, laquelle des deux nuits est la meilleure ? Certains, dont Ibn Battah, donnèrent la préséance à la nuit du vendredi. Abû Al-Hasan At-Tamîmî fit toutefois exception de la nuit où le Coran fut révélé. Cependant, la majorité des savants est d’avis que la Nuit du Mérite est meilleure. Les premiers fondèrent leur opinion sur le hadîth de la Nuit Sublime (al-laylat al-gharrâ’) - sachant que la ghurrah désigne la meilleure partie de toute chose - et sur le fait que de nombreux récits font état du mérite du jour qui la suit, ce qui n’est pas le cas pour le jour suivant la Nuit du Mérite. Ils concilièrent leur position avec la parole du Très-Haut :


« La Nuit du Mérite vaut mieux que mille mois » 

[Sourate 97, Al-Qadr, Le Mérite, verset 3.],


En disant que cela signifie qu’elle est meilleure que mille mois sans compter les nuits du vendredi, tout comme la majorité des savants est d’avis qu’elle vaut mieux que mille mois sans compter les Nuits du Mérite. À cela ils ajoutèrent que la nuit du vendredi subsistera au Paradis, étant donné que dans le jour qui la suit survient la visite rendue à Allâh - Exalté soit-Il, et qu’elle est déterminée de manière exacte dans le monde d’ici-bas, alors que la détermination de la Nuit du Mérite demeure incertaine. »

 


Extrait de la Page 20/27

 

 […]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/Specificites-et-Vertus-du-Vendredi.docx


Format pdf :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/Specificites-et-Vertus-du-Vendredi.pdf )

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Dieu ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

 

 

 

L’imam Ahmad ibn Habal -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Les gens ont plus lanterne besoin de la science que de boire et de manger, car il suffit à l’homme de boire et de manger une ou deux fois par jour alors qu’il a besoin de la science autant qu’il a besoin de respirer. »  [Source : Madarij assalikin, tome 2, page 470]

Rechercher