Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 22:44

 

قَصِيْدَةُ اللاَّمِيَّةِ

Le poème Lâmiyya

 

 

Par l’imâm Ahmad Ibn Taymiyya

 

 

 

Langue : Arabe avec vocalisation (tachkil) et Français

 

 

 

Lamiyya.png 

 


 

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمنِ الرَّحِيمِ

 


 

Extrait du livre

  

 

[…]


3

 

 

حُبُّ الصَّحَابَةِ كُلُّهُمْ لي مَذْهَبٌ ... وَمَوَدَّةُ القُرْبى بِها أَتَوَسّل

  « L’amour de tous les compagnons est pour moi une voie

Et un désir de rapprochement : par lui je cherche l’intercession »

 

 

 

4

 

 

وَلِكُلِّهِمْ قَدْرٌ وَفَضْلٌ ساطِعٌ ... لكِنَّما الصِّديقُ مِنْهُمْ أَفْضَل

« Chacun d’eux possède un rang et un mérite éclatant

Mais le véridique est d’entre eux le meilleur »

 

 

 

5

 

 

وَ أَقُولُ فِي القُرْآنِ مَا جَاءَتْ بِـهِ ... آياتُـهُ فَهْوَ الْكَرِيمُ الْـمُنزَلُ

  « Et je dis sur le Coran ce avec quoi sont venus

Ses versets, il est le noble, le descendu »

 

 

 […]

 

 

  [Page 3/7]

 

 

 

Téléchargement

بِسْمِ اللهِ 

 

 

Format word (doc.) :

 

 

word-image3

 

 

 { http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/05-lamiyya.docx  }

 

 

 

Format pdf :

 

 

 Pdf-image2

 

 { http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/05-lamiyya.zip }

 

 

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

Partager cet article

Published by Mûslim - dans Poésie [Chi'r]
commenter cet article

commentaires

Abdul razak 01/11/2014 18:08

Que la paix de dieu Et dont prophete Mohammed (sws) soir sur nous

L’imam Ahmad ibn Habal -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Les gens ont plus lanterne besoin de la science que de boire et de manger, car il suffit à l’homme de boire et de manger une ou deux fois par jour alors qu’il a besoin de la science autant qu’il a besoin de respirer. »  [Source : Madarij assalikin, tome 2, page 470]

Rechercher