Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 13:19

 

Le Faux Messie et le Retour de ‘Issa

المسيح الدجال و نزول عيسى بن مريم 

 

Par l’Imâm Aboû ‘AbdAllâh Mouhammad Ibn Ahamd Ibn Abî Bakr al-Ânsârî al-Qourtoubî

 

 

 

Le-Dajjal-et-le-retour-de--Issa.png

 

 

 

 

 

Langue : Français

 

 

 

 

 

 

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمنِ الرَّحِيمِ

 

 

 

 

 

 

 

Extrait du livre

 

 

 

 

 […]

 

 

 

 

Les signes précurseurs de la venue du Dajjal

 

 

Premièrement : les signes cités par Al-Jassâhah (l’Espionne) :

1- Les palmiers de Baysân ne donneront plus de fruits. Baysân se situe entre le Jordanie et la Palestine comme il est indiqué dans la version du hadith d’At-Tirmidhi.

2- Le lac de Tibériade s’assèchera, ce lac se situe dans la région de la ville de Tibériade en Jordanie.

 

Deuxièmement : la haine et les mauvaises relations se répandront entres les hommes, et la religion faiblira :

Conformément aux propos rapportés par Ma’mar ibn Rashid dans le receuil Al-Jami’ (20 828), selon Qatada : Un héraut s’est écrié à Koufah : « Le Dajjal est parmi nous ! » Un homme vint voir Houdhayfah ibn Ousayd et lui dit : « Tu es assis là alors que les habitants de Koufah combattent le Dajjal ? » Houdhayfah lui répondit : « Vous êtes assis là alors que les habitants de Koufah se battent contre le Dajjal ? » Houdhayfa lui répondit : « Assieds-toi ! » Après un moment, un troisième vint et dit : « C’est encore une intervention de Sabbâgh ! Parle-nous du Dajjal Houdhayfah, car tu ne nous as pas arrêtés sans en avoir quelques science. » Houdhayfah dit : « S’il était apparu aujourd’hui, les enfants l’auraient enfoui sous leurs jets de pierres. Mais il ne sortira que lorsqu’il n’y aura que peu d’hommes, peu de nourriture, de mauvaises relations entre les hommes et une baisse de la religion. On étendra pour lui la terre comme le pelage d’un bélier. » Sheikh al-Albani l’a authentifié dans Qissat ul-Massih ad-Dajjal (p.106)

 

Troisièmement : l’apparition de charlatans se faisant tous passer pour des messagers d’Allah, comme prémices à l’apparition du Dajjal :

Abou Hourayrah qu’Allah l’agrée rapporte que le Prophète Paix & Salut d’Allah sur lui a annoncé : « L’Heure ne viendra pas avant l’apparition de charlatans du nombre de trente environ, tous se prétendant messager d’Allah. » Rapporté par Al-Boukhari (3608) et Mouslim (157).


Jabir ibn Samourah qu’Allah l’agrée rapporte également : j’ai entendu le Messager d’Allah Paix & Salut d’Allah sur lui dire : « Il y aura de grands menteurs à l’approche de l’Heure. » Rapporté par Mouslim (1822, 2923) et dans une version Jabir à ajouté : « méfiez-vous d’eux ! »

 

 

 […]

 

 

  [Page 2/14]

 

 

 

Téléchargement

بِسْمِ اللهِ 

 

 

Format word (doc.) :

 

 

 

word-image3

 

 

 { http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/4/al-Massih-ad-Dajjal.docx }

 

 

 

Format pdf :

 

 

Pdf-image2

 

 

 { http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/4/al-Massih-ad-Dajjal.pdf  }

 

 

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 03:44

 

رِسَالَةٌ فِي الصُّوفِيَّةِ وَالْفُقَرَاءِ

 

« Rissâla fî as-Soufiyya wa al-Fouqarâ' »

 

L'épître sur les Soufis et les Pauvres [en Allah]

 

 

Par l’imâm et Chaykh al Islam Ibn Taymiyya

 

 

 

Rissala-Soufiyya.png

 

 

  

 

Langue : Arabe avec vocalisation (tachkil) et Français

 

 

 

 

 

 

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمنِ الرَّحِيمِ

 

 

 

 

 

Extrait du livre

 

 

 

 […]

 


Au nom d'Allah, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux. Prière et salut sur celui après qui il n'y a point de prophète. Le Shaykh de l'Islam [Ibn Taymiyya]– qu'Allah sanctifie son âme - fut interrogé au sujet des soufis (ṣoūfiyya). Ils sont [de plusieurs] sortes (aqsām), et il en est de même pour les « pauvres en Allah » (fouqarāʾ). Par conséquent, quelle est la particularité de chaque fraction (qism) ? Quelle obligation incombe à chacune d’elles et quelle voie doit-elle  suivre de préférence (yastaḥibbou)?

 

 

Il répondit :


La louange est à Allah. Quant au terme ṣoūfiyya, il n’était pas répandu dans les trois premières générations [de l’islam] (qouroūn), mais cela s’est produit par la suite. Il a été rapporté que plus d’un imam et plus d’un maître (shaykh) l’ont employé, tels l’imam Aḥmad Ibn Ḥanbal, [le shaykh] Aboū Soulaymān Ad-Dārānī et bien d’autres. Il est rapporté que Soufyān Ath-Ṯhawrī fit usage de ce terme alors que d’autres mentionnent cela à propos de Ḥasan Al-Baṣrī.

 

Il y eut divergence à propos de la signification attribuée au terme ṣoūfī. Il s’agit en réalité d’un adjectif d’attribution, tels qourashīmadanī, etc.

 

On a avancé que le terme se rapportait aux « gens du banc » (ahl al-ṣouffa). Ceci est erroné, car s’il en avait été ainsi, on aurait dit ṣouffiyy. De même qu’il est erroné d’attribuer l’origine du terme ṣoūfī au « rang (ṣaff) avancé qui se tient devant Allah » ou bien à « l’élite (ṣafwa) de la création d'Allah ». S’il en avait été ainsi, on aurait dit ṣaffiyy ou bien ṣafawiyy. On a prétendu que le terme ṣoūfī se rapportait à Ṣoufa Ibn Bichr Ibn Addi Ibn Ṭābikha, une tribu arabe qui dans l’ancien temps habitait dans les environs de La Mecque et à laquelle on rattache (younsabou ilay-him) des ascètes (noussāk). Si d’un point de vue lexical cela semble acceptable, en revanche l’argument est faible, car cette tribu n’était point célèbre et la plupart des ascètes ne la connaissaient pas. Et si les ascètes étaient rattachés à cette tribu, ce lien aurait été encore plus probant à l’époque des Compagnons, des Suivants et de leurs successeurs [immédiats]. De plus, la majorité de ceux qui se disaient soufis ne connaissaient pas cette tribu et n’auraient jamais admis la filiation à une tribu antéislamique, n’existant plus à l’époque dont il est question. Il est dit – et cela est connu – que [le terme] ṣoūfī se rapporte au port d’un [habit] de laine.

 

En fait, les soufis sont apparus pour la première fois à Bassora et les premiers à avoir bâti un « cloître » soufi (douwayra) furent certains disciples (aṣḥāb) de ʿAbd Al-Wāḥid Ibn Zayd; celui-ci faisait partie des disciples d’Al-Ḥasan [Al-Baṣrī]. 

 

Il y avait à Bassora une certaine exagération, dans le renoncement (zouhd), la dévotion (ʿibāda), la crainte d’Allah (khawf), ainsi que sur d’autres sujets que l’on ne trouvait pas chez les habitants des autres métropoles (amṣār). C’est pourquoi il était d’usage de dire : la jurisprudence selon [les gens de] Couffa et la dévotion selon [ceux de] de Bassora. D’après sa chaîne de transmetteurs remontant à Mouḥammad Ibn Sīrīn, Aboû Ash-Shaykh Al-Aṣbahānī a rapporté que ce dernier avait mentionné un groupe (qawm) ayant préféré des habits de laine, selon les termes suivants : « c’est un groupe qui a opté pour [l’habit de] laine, prétendant imiter le Christ fils de Marie. Cependant, l’exemple (hady) de notre prophète, qui s’habillait de coton et d’autres [sortes de tissus], nous est préférable ». Il y eut également d’autres histoires de ce genre. 

 

C’est pourquoi la plupart des choses que l’on raconte concernant l’exagération dans ce domaine ne se rapportent qu’aux dévots (ʿoubbād) de Bassora. À l’exemple de l’histoire de celui qui mourut ou qui perdit connaissance lors de l’audition du  Coran ; comme l’histoire de Zourāra Ibn Awfā, le juge de Bassora, qui tomba raide mort alors qu’il récitait, lors de la prière du matin, le verset :

 

{Lorsque l'on sonnera de la trompette}

(sourate  74 - verset 8)

 

Ou bien l’histoire d’Aboū Jahīr Al-Aʿmā qui mourut, alors que Ṣāliḥ Al-Mourrī  lui récitait le Coran. Et ainsi, on rapporte d’autres histoires à propos de ceux qui moururent à l’audition du Coran. D’autres parmi [les gens de Bassora] étaient « foudroyés » (youṣʿaqoūna) lors de la récitation du Coran. Cependant, les Compagnons ne connurent point cet « état spirituel » (ḥāl). Par conséquent, lorsque de tels phénomènes apparurent, une partie des Compagnons et des suivants les désavouèrent, tels Asmāʾ la fille d’Aboū Bakr, ʿAbdoullâh Ibn Az- Zoubayr, Mouḥammad Ibn. Sīrīn et d’autres.

 

La réprobation se fit de deux manières :

 

Il y avait ceux qui pensaient qu’il ne s’agissait que de feinte et de simulation. Ainsi, il est mentionné que Muḥammad Ibn Sīrīn a dit : « Ce qui permettra de trancher entre nous et ceux qui sont foudroyés (youṣʿaqoūna) lors de l’audition du Coran, c’est [l’épreuve suivante] : celui qui tombe (kharra) lors de la récitation du Coran, tandis qu’il est placé [en hauteur] sur un mur (ʿalā ḥāʾit), alors celui-ci est sincère ». Et parmi les réprobateurs, il y avait ceux qui désavouèrent ceci [totalement] car ils y voyaient une innovation contraire à l’exemple (hady) des Compagnons, ainsi qu’il est mentionné à propos de Asmāʾ et de son fils ʿAbdoullah. 

 

L’opinion de la majorité des savants est que celui qui est touché [par un tel état], alors qu’il est dans l’incapacité [de le repousser], ne peut être blâmé. Néanmoins,  [ces savants estiment] qu’un état inébranlable (ḥāl at-ṯābit - sic) lui est préférable. À cet effet, lorsque l’imam Aḥmad [Ibn Ḥanbal] fut interrogé à ce sujet, il répondit : « Yaḥyā Ibn Saʿīd Al-Qaṭṭān perdit connaissance tandis qu’on lui récitait le Coran. S’il y avait bien eu quelqu’un capable de « repousser » [un tel état], cela aurait été Yaḥyā. En effet, je n’ai vu personne plus raisonnable (aʿqal) que lui ». D’autres histoires de même sorte sont rapportées. On raconte que [l’imam] Ach-Châfi'î fut [également] touché par un tel [état]. Ce fut également le cas de ʿAlī Ibn Fouḍayl IbnʿIyāḍ, dont l’histoire est célèbre. En bref, [cet état spirituel] est arrivé à beaucoup, dont on ne peut mettre en doute la sincérité.

 

 


 […]

 

 

  [Page 2/26]

 

 

 

Téléchargement

بِسْمِ اللهِ 

 

 

Format word (doc.) :

 

 

word-image3

 

 

 { http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/4/Rissala-fi-as-Soufiyya-wa-al-Fouqara-.docx   }

 

 

 

Format pdf :

 

 

Pdf-image2

 

 

 { http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/4/Rissala-fi-as-Soufiyya-wa-al-Fouqara-.pdf  }

 

 

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 01:42

 

L’interdiction de se raser la barbe

تحريم حلق اللحية

 

 

Par l’imâm ‘Abd ar-Rahmân Ibn Mouhammad Ibn Qâssim al-‘Âssamî al-Hanbalî

 


L-interdiction-de-se-raser-la-barbe.png

 

 

 

 

Langue : Arabe et Français

 

 

 

 

 

 

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمنِ الرَّحِيمِ

 

 

 

 

 

 

 

Extrait du livre

 

 

 

 […]

 

 

1- Hadiths et paroles des savants concernant l'obligation de la barbe

 

الحمد لله وحده والصلاة والسلام على من لا نبي بعده:

 

La louange est à Allah, et que les prières et bénédictions d’Allah soient sur celui après qui il n’y a plus de messager.

 

روى البخاري ومسلم في صحيحيهما وغيرهما، عن عبد الله بن عمر رضي الله عنهما قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: خالفوا المشركين وفروا اللحى وأحفوا الشوارب ولهما عنه أيضا: أحفوا الشوارب واعفوا اللحى وفي رواية: انهكوا الشوارب واعفوا اللحى

 

L’imam Al-Bukhari ainsi que l’imam Muslim ont rapportés dans leurs recueils de hadiths authentiques d’après ‘Abdullah ibn ‘Umar, qu’Allah les agrée, que le prophète (salallahu alayhi wa salam) a dit : « Différenciez-vous des associateurs et laissez poussez vos barbes et taillez vos moustaches ».

 

واللحية: اسم للشعر النابت على الخدين والذقن

 

Et la barbe est le nom qu’on donne aux poils qui poussent sur les deux joues ainsi que sur le menton. Le fait de laisser pousser la barbe signifie la garder.

 

ومخالفة المشركين يفسره حديث أبي هريرة رضي الله عنه: إن أهل الشرك يعفون شواربهم ويحفون لحاهم فخالفوهم فأعفوا اللحى واحفوا الشوارب رواه البزار بسند حسن

 

Le fait de se différencier des associateurs est explicité par le hadith de Abu Hurayra, qu’Allah l’agrée, qui rapporte : « Les associateurs laissent pousser leur moustache et se taillent la barbe, différenciez-vous donc d’eux, laissez pousser vos barbes et taillez vos moustaches. » Hadith rapporté par Al Bazzar avec une bonne chaine de transmission.

 

ولمسلم عنه قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: خالفوا المجوس لأنهم كانوا يقصرون لحاهم ويطولون الشوارب


L’imam Muslim rapporte aussi d’après Abu Hurayra que le prophète (salallahu alayhi wa salam) a dit : « Différenciez-vous des adorateurs du feu » car ils raccourcissaient leurs barbes et allongeaient leurs moustaches.

 

ولابن حبان، عن ابن عمر قال: ذكر رسول الله صلى الله عليه وسلم المجوس فقال: إنهم يوفرون سبالهم ويحلقون لحاهم فخالفوهم فكان يحفي سباله


Ibn Hibbân rapporte aussi d’après Ibn ’Umar qu’Allah l’agrée : « Le prophète (salallahu alayhi wa salam) se rappela des adorateurs du feu puis il dit : Ils laissent croître leurs moustaches et ils rasent leurs barbes, différenciez-vous donc d’eux. ».  

 

وله عن أبي هريرة قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: من فطرة الإسلام أخذ الشارب وإعفاء اللحى فإن المجوس تعفي شواربها وتحفي لحاها فخالفوهم خذوا شواربكم وأعفوا لحاكم


Et Ibn Hibbân rapporte aussi d’après Abu Hurayra qu’Allah l’agrée que le prophète (salallahu alayhi wa salam) a dit : « Parmi les actes de la saine nature de l’islam, il y a le fait de prendre de sa moustache et de laisser pousser la barbe, les adorateurs du feu laissent pousser leurs moustaches et rasent leurs barbes, faites donc le contraire, prenez de vos moustaches et respectez l’intégrité de vos barbes. »

 

 

 

 […]

 

 

  [Page 2/10]

 

 

 

Téléchargement

بِسْمِ اللهِ 

 

 

Format word (doc.) :

 

 

word-image3

 

 

 { http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/4/L-interdiction-de-se-raser-la-barbe.docx  }

 

 

 

Format pdf :

 

 

 

Pdf-image2


 

 { http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/4/L-interdiction-de-se-raser-la-barbe.pdf }

 

 

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 09:39

 

 

 

La réalité de l’adoration

 

Par Chaykh al Islâm Ibn Taymiyya

 

 

 

La-realite-de-l-adoration.png

 

 

 

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمنِ الرَّحِيمِ 

 

 

 

Extrait du livre

 

 

 […]  

 

 

Chaykh al Islâm Ibn Taymiyya -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit :

 

 

« L’adoration c’est un nom générique pour tout ce qu’Allah aime et agrée, en fait de paroles et d’actes, tant intérieurs qu’extérieurs :

 

Ainsi la prière, la zakât, le jeûne, le pèlerinage, la franchise, la restitution du dépôt, la piété filiale, le respect des engagements, le commandement du bien et l’interdiction du blâmable, le combat contre les mécréants et les hypocrites, la bienfaisance envers le voisin, l’orphelin, le miséreux, le voyageur, les esclaves et les animaux que l’on possède, l’invocation, le rappel d’Allâh et la récitation, et autre choses similaires font partie de l’adoration.

 

De même, l’amour pour Allâh et Son Messager -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm-, la crainte d’Allâh, le retour vers Lui, la dévotion, sincère rendue à Allâh, l’endurance de Sa loi, la gratitude pour Ses faveurs, l’agrément de Son décret, la confiance en Lui, l’espoir de Sa miséricorde, la crainte de Son châtiment, et autres choses similaires font partie de l’adoration d’Allâh.

 

Cela parce que l’adoration d’Allâh est le but qu’Il aime, qui Lui donne satisfaction et pour lequel Il a crée la création.

 

Allâh le Très-Haut dit :

 

وَمَا خَلَقْتُ الْجِنَّ وَالْإِنسَ إِلَّا لِيَعْبُدُونِ 

 

« Je n’ai crée les Jinns et les Hommes que pour qu’ils M’adorent »

(Sourate al-Dhâriyât (51) : Verset 56)

 

 

 

 […]  

   

 

  [Page 2/8]  

   

 

 

 

Téléchargement

بِسْمِ اللهِ 

 

 

 

Format word (doc.) :  

 

 

word-image3

 

 

 { http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/1/Les-sentiers-de-l-adoration.docx  }

 

 

 

Format pdf :  

 

 

Pdf-image2

 

 

 { http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/1/Les-sentiers-de-l-adoration.zip  }  

 

 

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 18:55

Le châtiment de la Tombe est vérité !

Paroles des Salâfs Salîh

Le-Chatiment-de-la-Tombe-est-verite.jpg

 

Extrait du livre :

 

1)  L’Imam Sufyan Ibn 'Uyaina (mort en 197 de l’Hégire) -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit :

 

« La Sunna est de dix. Quiconque les accepte a complété la Sunna et quiconque en abandonne quelque  chose,  a  abandonné  la  Sunna :  affirmer  Al-Qadr  (la  prédestination),  donner  la préséance à ABakr et ‘Umar, le bassin dans leParadis, As-Shafaa (l'Intercession), la Balance, le Pont sur le Feu de l'enfer, lafoi est parole et acte, leQuran est la parole d'Allah, la Punition dans la Tombe, la résurrection le jour du Jugement et ne pas témoigner pas quun musulman sera définitivement au Paradis ou en Enfer » [Source : Sharh Ussûl Itiqad Ahlus-Sunna wal-Jamaa (no 312) d'Al-Lalikai.]

 

 

 

2)   LImam As-Shafii (mort en 204 de l’Hégire) -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit :

 

« En effet Al-Qadr (la prédestination) : les bonnes et mauvaises conséquences viennent d'Allah -  le  Puissant  et  Majestueux.  En  effet  la  Punition  de  la  Tombe  est  un  fait  ridique, l'interrogatoire  des  habitants  des  tombes est  un fait  ridique,  lRésurrection  est  un  fait véridique, la Balance est un fait véridique, le Paradis et le Feu de l'enfer sont des faits véridiques. Et tout ce qui est rapporté dans la Sunna et est mentionné par les savants et leurs disciples partout dans les pays Musulmans est aussi véridique » [Source : Manaqibush-Shafii (1/415) d'Al-Bayhaqi.] 

 

 

 

3)   LImam Ahmad (mort en 241 de l’Hégire) -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit :

 

« Fait partie de la Sunna, le fait que si une personne délaisse un de ses points – ne l’acceptant et ny croyant pas- alors ilne sera pas de ses gens: (il mentionne alors ) la croyance dans la Punition de la Tombe » Il a aussi dit : « laPunition de la Tombe est un fait véridique. Le serviteur sera interrogé à propos de sa Religion et de son Seigneur . Munkir et Nakir, le Paradis et le Feu de l'enfer sont aussi des faits véridiques. » [Source : Ussûlus-Sunna (n°8) de l'imam Ahmad. (18) Risalatus-Sunna (p.72) de l'imam Ahmad.]

 

 

 

 […]

 

  [Page 2/5]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/Punition-de-la-Tombe.doc )

 

Format pdf :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/Punition-de-la-Tombe.pdf )

 

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 18:51

Les Formes Interdites et Permises de Taqlid

Les-formes-interdites-et-permises-de-Taqlid.jpg

 

Extrait du livre :

 

La forme permise du Taqlid

 

Quant à la forme permise de suivi aveugle (at- taqlidul-mubah), elle concerne la personne commune (ami) qui, s'il ne suit pas les gens de science, déviera du chemin. Allah, le Puissant et Majestueux, a dit :

 

« Demandez aux gens de science si vous ne savez pas. »

[Sourate Nahl :43]

 

Et le Taqlid n'est pas fait avec nimporte qui. Plutôt il est fait avec celui qui a de la science et de lapiété et est connudes gens pour cela.

 

Shaykhul-Islam  Ibn Taymiya -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Quand  un  musulman  fait  face  à  une situation problématique, il doit chercher un verdict de celui dont il croit quil lui donnera un verdict basé sur ce qu'Allah et Sonmessager ont légiféré; quelle que soit l'école de pensée (madhab) à laquelle il appartient. Il n'est obligatoire à aucun musulman de suivre aveuglément unindividu particulier parmi les savants dans tout ce qu'il dit. Il n'est non plus obligatoire à aucunmusulman de suivre aveuglément un madhab particulier parmi les savants dans tout ce qu'il nécessite et informe. Plutôt la parole de chaque personne est acceptée ou délaissée, sauf celle du messager d'Allah -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- (qui est acceptée en toute situation). Suivre le madhab d'un individu particulier à cause d'un manque de science sur ce qui a été légiféré, est permis mais pas obligatoire à chaque individu - s'il a la capacité de connaître ce qui a été légiféré sans ce chemin du "suivi aveugle"(taqlid). Donc chaque individu doit craindre Allah autant qu'il le peut et rechercher la science de ce qu'Allah et Son messageront ordonné; faire ce qui est commandé et séloigner de ce qui est interdit. » [Source : Majmu‘ al-Fatâwâ, tome 20, page 208-209]

 

 

 […]

 

  [Page 2/3]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/Les-Formes-Interdites-et-Permises-de-Taqlid.docx )

 

Format pdf :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/Les-Formes-Interdites-et-Permises-de-Taqlid.pdf )

 

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 17:22

La croyance envers les Livres Saints

La-croyance-envers-les-Livres-Saints.jpg

 

 

Extrait du livre :

 

 

Introduction

 

Nous croyons qu’Allâh le Très-Haut a fait descendre sur Ses messagers des livres comme preuves contre les mondes et comme clairvoyance pour les bienfaiteurs. Avec ces livres, les messagers enseignent à leurs congénères la sagesse et les purifient. Et nous croyons qu’Allâh  le Très-Haut a fait descendre avec chaque messager un livre, selon Sa parole :

 

« Nous avons en effet envoyé Nos messagers avec des preuves accablantes et avons fait descendre avec eux le Livre et la balance pour que les gens établissent la justice... »

(Sourate 57, verset 25)

 

Abou Hanifa -qu'Allâh lui fasse miséricorde- a dit : « Le Qour’ân est le kalam d’Allah ta‘âlâ écrit dans des livres, mémorisé par les cœurs, récité par les langues et  révélé au Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm-. Notre  prononciation du Qour’ân est créée, notre écriture du Qour’an est créée, notre  récitation du Qour’ân est créée mais le Qour’ân n’est pas créé [...]  Allah ne parle pas comme nous parlons. Nous, nous parlons au  moyen d’instruments et de lettres tandis que Allah ta’âlâ parle  sans instruments ni lettres. Les lettres sont créées et le kalam de  Allah n’est pas créé. » [Source : Al-Fiqh al-Akbar]

 

 

Livres connus

 

  •        La Thora [at-Tawrât] qu’Allâh le Très-Haut a fait descendre sur Moïse (Mûssâ) -‘aleyhi sallâm- et qui est le plus important des livres des Fils d'Israël.

 

Allâh -Subhânahu wa ta‘âlâ- dit :


« Nous avons fait descendre la Thora ; elle contient un guide et une lumière, avec laquelle les Prophètes qui se sont soumis [à Dieu] jugent les affaires des juifs, ainsi que les docteurs et les rabbins, car on leur a confié la garde du Livre de Dieu et ils en sont les témoins... »

(Sourate 5, verset 44)

 

« Et Il fit descendre la Thora (At Tawrât) et l'Évangile (Al Injîl) »

(Sourate 3, verset 3).

 

  •       L'Evangile [al-Injîl] qu’Allâh le Très-Haut a révélé à Jésus (‘Issâ) -‘aleyhi sallâm- â. Il confirme la Thora et la complète.

 

Allâh -Subhânahu wa ta‘âlâ- dit :

« ... Et Nous lui avons donné l'Evangile qui contient un guide et une lumière, pour confirmer ce qu'il y avait dans la Thora, un guide et une exhortation pour les pieux. »

(Sourate 5, verset 46)

« ... Et pour que je vous rende licite une partie de ce qui vous a été défendu... »

(Sourate 3, verset 50)

 

 

 

 […]

 

  [Page 2/8]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/La-croyance-envers-les-Livres-Saints.docx )

 

Format pdf :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/La-croyance-envers-les-Livres-Saints.pdf )

 

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 17:28

Comment se défaire de ses passions [Hawâ] ?

Par l’Imâm Ibn Al Qayyîm Jawziyyah

Comment-se-defaire-de-ses-passions.jpg

Extrait du livre :

Les passions (hawâ) désignent le penchant naturel de l'homme vers ce qui lui convient. C'est pour sa survie que l'homme a été créé avec ces passions. En effet, s'il ne ressentait aucun penchant pour la nourriture, les boissons et la procréation, il s'en serait abstenu (entraînant sa disparition et celle du genre humain).

Les passions le poussent donc vers ce qu'il désire, de la même façon que la colère le protège de ce qui peut lui nuire. C'est pourquoi, les passions ne sont ni condamnables ni louables dans l'absolu, tout comme la colère. Mais, étant donné que la plupart des individus obéissant à leurs passions, désirs, et colères dépassent les limites assurant leur bien-être, c'est le sens péjoratif qui prédomine en raison des maux qu'ils entraînent généralement. Rares sont ceux qui restent dans les limites et ne les transgressent pas.

De même il est rare de voir des personnes dont le tempérament et le naturel sont modérés sous tous leurs aspects. Nécessairement, certaines qualités ou caractéristiques vont prendre le dessus.

La personne sensée veille donc à maîtriser ses passions et sa colère, ce but n'étant atteint que par de rares personnes dans le monde. C'est pourquoi Allah condamne les passions dans Son Livre, de même dans la sunna, les passions n'ont qu'un sens péjoratif, sauf lorsqu'elles sont citées dans un contexte précis, comme dans la parole du Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- : « Aucun d'entre vous ne sera (véritablement) croyant tant qu'il ne soumettra pas ses passions à mes enseignements. »

 

Et il -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- est dit aussi: « Les passions sont comme (l'homme qui) ruse, on ne peut pas leur faire confiance. »

As-Sha'bî -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit: « Les passions ont été nommées ainsi parce qu'elles emportent l'individu, elles invitent aux plaisirs présents sans se soucier des conséquences ».

 

Elles font succomber aux désirs impulsifs, même si cela doit amener à la souffrance et au regret dans cette vie et dans l'au-delà. Il y a certes un châtiment dans cette vie avant l'autre, mais les passions aveuglent l'homme et l'empêchent d'y prêter attention.

Toutefois, la dignité, la religion, et la raison interdisent de se livrer à des plaisirs menant à la souffrance, de succomber à des passions engendrant le remord. Chacun de la dignité, de la religion, et la raison exhorte l'âme à ne pas céder à la tentation des passions, celle-ci cédant au plus fort. Ne vois-tu pas l'enfant chercher à réaliser tous ses caprices même s'il devait en pâtir, et ce en raison de sa faiblesse de raison. De même, celui qui n'a pas de religions s'abandonne à ses passions, même si cela le mène à sa perte dans l'au-delà, et ce en raison de sa faiblesse de foi. Aussi, la personne qui n'a aucune dignité suit ses passions même si cela entache sa réputation ou la détruit, et ce en raison du peu d'estime qu'il a de son honneur.

 

Comme cela est loin des paroles de l'imam As-Shâfi'î -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- qui dit: « Si je savais que l'eau fraîche pouvait ternir ma réputation, je m'abstiendrais d'en boire. »

Puisque qu'entre tous les animaux, l'homme est le seul à être éprouvé par ses passions, et qu'il est soumis à tout instant à de nouveaux événements, celui-ci est doté constamment par deux juges: le juge de la raison et le juge de la religion. Il lui est demandé de soumettre incessamment ses passions à ces deux juges et de se plier à leur jugement. Il doit donc s'entraîner à refouler ses passions dont les conséquences sont louables afin de pouvoir repousser celles dont les conséquences sont blâmables. Si l'on demande comment peut-il s'en défaire après les avoir éprouvées, nous répondons qu'il est possible de s'en défaire, avec l'aide d'Allah, en se conformant à plusieurs recommandations:

[1] La résolution ferme de vouloir défendre son âme.

[2] Se nourrir de patience afin de supporter l'amertume de ces moments difficiles.

[3] Une force intérieure lui donnant le courage de boire ce remède amer. Le courage n'est rien d'autre que cette patience et le bien-être dont jouit le serviteur n'est dû qu'à sa patience.

[4] Prendre conscience des bonnes conséquences et de la guérison qu'apporte ce remède.

[5] Prendre conscience que la souffrance obtenue par le suivi des passions est supérieure aux plaisirs convoités.


 

 […]

 

  [Page 2/12]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/Comment-se-defaire-de-ses-passions.docx )

 

Format pdf :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/Comment-se-defaire-de-ses-passions.pdf

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 19:10

Les Anges

« Al Malâ’ika »

Les-Anges---Al-Mala-ika.jpg

 

Extrait du livre :

 

Introduction

 

L’Imâm Abû Ja'far At Tahâwî -qu'Allâh lui fasse miséricorde- a dit : « Nous croyons aux Anges, aux Prophètes, aux Livres descendus sur les Messagers et nous attestons qu'ils ont tous été dans la vérité claire. » [Source : Al Bayân al I‘tiqâd Ahli s-Sunnah wal Jamâ‘ah ].

 

Étymologie et définition du mot Ange

 

L’Imâm Muhammad Ibn Jarîr At Tabarî -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Ce mot « malâ’ika » est le pluriel du mot « malak », ou plus exactement c'est le pluriel du mot « mal°ak », bien que ce dernier soit plus rarement employé et que l'habitude fut prise de prononcer ce mot sans le hamza […]. « Mal’ak » a pour origine le verbe « la’aka » qui signifie « envoyer un message » (malâ’aka). Les Anges ont alors été appelés « makâ’ika » parce qu'ils sont les messagers entre Allâh et Ses Prophètes. » [Source : Al Jâmi‘u l-Bayân Fî Tafsîr-i l-Qur’ân.]

 

La nature des Anges

   

Muhammad Ibn Râfi‘ et ‘Abd Ibn Humayd rapportèrent que ‘Abd ar-Razzâq rapporta d'après Mu‘ammar, d'après Az Zuhrî -qu’Allâh leur fasse Miséricorde-, d'après ‘Urwah [Ibn Az Zubayr] qui rapporta que ‘Âïshah -qu’Allâh l’agrée- a dit : « Le Messager d'Allâh -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a dit : « Les Anges ont été créés de lumière, les jinns ont été créés d'un feu sans fumée, et Âdam fut créé par ce qui vous a été dit (l'argile). ». [Rapporté par Mouslim]

 

Les anges adorent Dieu sans jamais lui désobéir

 

Allâh -Ta‘âlâ- dit :

 

« Et ceux qui sont auprès de Lui (les anges) ne se sentent nullement trop grands pour L'adorer et n'en éprouvent ni ennui ni lassitude. Ils proclament Sa gloire et Sa pureté la nuit et le jour, sans arrêt. »

(Sourate 21, verset 19-20)

 

« Ceux qui sont auprès de Ton Seigneur (les anges) chantent Sa Gloire de nuit et de jour sans éprouver le moindre ennui. »

(Sourate 41, verset 38)

 

« Ils craignent leur Seigneur-et-Maître d'au-dessus d'eux et ils font ce qu'on leur ordonne de faire. »

(Sourate 16, verset 50)

 

Selon Abou Dahrr -qu’Allâh l’agrée-, le Messger de Dieu -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- dit : « Je vois ce que vous ne voyez pas : le ciel gémi sous le poids de son fardeau et il a raison de gémir. Il n'y pas au ciel la place de quatre doigts où il n'y ait pas un Ange posant le front par terre, prosterné devant Dieu exlaté. » [Rapporté par At-Tirmidhi]

 

Jabir -qu’Allâh l’agrée- rapporte que le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- dit : « Il n'y pas, dans les sept cieux, l'espace d'un pied, ni d'une paume, ni d'un pouce, où il n'y ait un Ange debout, à genoux ou prosterné. » [Rapporté par At-Tabarani]





 

 

 

 

 […]

 

  [Page 2/22]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/Les-Anges---Al-Mala-ika.docx )

 

Format pdf :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/Les-Anges---Al-Mala-ika.pdf )

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 19:58

Ô Toi ! Sois serviteur d’Allâh et non serviteur de tes passions !

Par l’Imâm Ibn Rajab al-Hanbalî

O-Toi-sois-serviteur-d-Allah-et-non-serviteur-de-tes-pass.jpg

Extrait du livre :

 

Le fait de suivre ses passions dans ce qu’Allâh a interdit est une diffamation en l’Unicité Divine (at-Tawhîd) et aux attributs divins tels que le Profit ou le Préjudice.

 

Ainsi, beaucoup de péchés issus des passions de l’âme ont été qualifiés de négation ou d’associationnismes par la législation islamique, comme le fait de combattre un musulman, avoir des relations sexuelles en période de menstrues, ou récidiver dans la consommation d’alcool. Cependant, ces péchés n’excluent pas pour autant l’individu de la communauté, et c’est pour cette raison que les premiers savants ont parlé de « négation en deçà de la négation » et « d’association en deçà de l’association ».

 

La passion suivie a été qualifié de divinité dans le Qur’ân :

 

« Ne vois-tu pas celui qui fait de sa passion sa divinité ? »

(Sourate 25, verset 43)

 

 

 

 […]

 

  [Page 2/3]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/O-Toi-sois-serviteur-d-Allah-et-non-serviteur-de-tes-pas.docx )

 

Format pdf :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/3/O-Toi-sois-serviteur-d-Allah-et-non-serviteur-de-tes-pass.pdf )

 

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

L’imam Ahmad ibn Habal -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Les gens ont plus lanterne besoin de la science que de boire et de manger, car il suffit à l’homme de boire et de manger une ou deux fois par jour alors qu’il a besoin de la science autant qu’il a besoin de respirer. »  [Source : Madarij assalikin, tome 2, page 470]

Rechercher