Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 20:17

Exégèse [Tafsir] : « Tâ Hâ ! Nous ne t'avons pas révélé ce Qur’ân pour que tu te rendes malheureux.  » ; Sourate 20 [Tâ Hâ], Verset 1-2

Par l’Imâm Ibn Kathîr 

 Ta-Ha---Nous-ne-t-avons-pas-revele.jpg

 

Extrait du livre :

 


 Verset :


« Tâ Hâ ! Nous ne t'avons pas révélé ce Qur’ân pour que tu te rendes malheureux. » 

 [Sourate 20, Verset 1-2]

 

 

Commentaire :

 

 

dî 'Iyâd -qu'Allâh lui fasse miséricorde- a dit :

 

Comme nous l'avons vu précédemment pour les lettres Yâ Sïn, on a dit que Tâ Hâ est l'un des noms du Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam-.  

 

Il a aussi été dit qu'il s'agit d'un Nom d'Allâh, ou encore qu'il signifierait : « Ô Hommes ! ». Quoiqu'il en soit, il s'agit de lettres indépendantes qui ont leur propre signification.

 

Al Wâsitî -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit quant à lui que Tâ Hâ se comprenait comme ceci : « Ô Pur ! Ô Guide ! »

 

Il a été dit aussi qu'il s'agit d'un impératif signifiant le fait de fouler le sol et de s'y appuyer, cela voudrait donc dire : « Tiens-toi sur le sol avec tes deux pieds, et ne t'épuise pas en te mettant sur un seul pied. »

 

 […]

 

  [Page 2/3]

 

Format word (doc.) :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/0/Ta-Ha---Nous-ne-t-avons-pas-revele.docx )

 

Format pdf :

 

Bismill-Lahi 

 

http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/0/Ta-Ha---Nous-ne-t-avons-pas-revele.pdf )

 

 

 

Et la louange revient à Allâh le Très-Haut.

 

Ô Allâh ! Accorde Ta miséricorde et Ton salut à notre Prophète Muhammad, aux membres de sa famille, à tous ses Compagnons, ainsi qu’à quiconque suit parfaitement leur voie, et ce jusqu’au Jour de la Rétribution.

Partager cet article

commentaires

L’imam Ahmad ibn Habal -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit : « Les gens ont plus lanterne besoin de la science que de boire et de manger, car il suffit à l’homme de boire et de manger une ou deux fois par jour alors qu’il a besoin de la science autant qu’il a besoin de respirer. »  [Source : Madarij assalikin, tome 2, page 470]

Rechercher